La Berce du Caucase

Cette espèce, originaire du Caucase, a été introduite en Europe du Nord et de l'Ouest au 19ème siècle. Elle fut d'abord cultivée comme plante ornementale dans les jardins botaniques d'où elle s'échappa. Après une période de latence de près d'un siècle, elle révéla son caractère invasif à partir du milieu du 20ème siècle.

Description :

La Berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) présente de grandes ombelles ornées de petites fleurs blanches qui se développent à partir du mois de juin. Cette Berce se distingue des Berces locales notamment par sa taille monumentale : certains pieds peuvent atteindre 3 à 4 mètres de hauteur ! Ses feuilles sont profondément découpées et bordées de dents aigües. 

La période de fructification a lieu à l'automne. La Berce de Caucase se reproduit par la dissémination de ses très nombreuses graines par le vent et par l'eau. Une fois le nouveau plant installé, il lui faudra 3 à 4 ans avant de produire à son tour des fleurs et des graines. Seulement après quelques années, cette plante peut envahir les bords des rivières.

Introduite à des fins d'ornement, la Berce du Caucase s'est révélée être une espèce invasive qui pose des problèmes non seulement pour l'environnement mais aussi pour la santé publique. En effet, son contact provoque de graves réactions allergiques et des brûlures.

Méthode de lutte :

Sur le territoire du projet LUPIN, les partenaires ne sont pas égaux face à la Berce du Caucase. Présente en abondance sur le versant belge, elle n'est rencontrée que très localement sur le versant français. Malgré ces différences, la méthode de lutte employée reste sensiblement équivalente.

Un chantier « test » a été réalisé à Menin sur 3000 ml de cours d'eau (Palingbeek WL.40) envahis sur les deux rives.

Les partenaires ont opté pour une action mécanique manuelle à la bêche. Le succès de l'opération repose sur la section de la plante à sa base à l'aide d'une bêche qui s'enfonce d'environ 20 cm dans le sol afin de couper les racines et empêcher toute reprise. De plus, cette action doit être réalisée avant la fructification de la plante (qui a lieu à partir de la mi-septembre) pour éviter la dissémination des graines. D'après l'expérience de la Province de Flandre occidentale, cette méthode devra être renouvelée sur les jeunes plants encore pendant les 5 années suivant la première action de lutte.

Une simple action de faucardement répété reste possible sur les larges secteurs fortement envahis et accessibles à la pelle hydraulique mais il faudra recommencer chaque année l'opération qui demeure moins ciblée que la première méthode.

Les équipes de chantiers ont été munies d'équipements de protection individuelle (combinaisons, gants, lunettes…) afin d'éviter tout contact avec la plante.

Les déchets verts issus du chantier ont été évacués en sac vers les déchetteries.

Résultats :

La méthode appliquée de part et d'autre de la frontière se révèle assez efficace. La difficulté principale reste l'identification des jeunes plantules en particulier lorsqu'elles sont présentes avec l'espèce locale. C'est pourquoi la démarche doit être reproduite sur plusieurs années.

Le travail des partenaires du projet LUPIN a permis de traiter la Berce du Caucase sur 17,218 km de cours d'eau dont plus de 99 % en Flandre Belge. Les actions en France sont donc davantage des actions de prévention sur cette espèce. Les partenaires ont travaillé par contrats de sous-traitance avec notamment des entreprises d'insertion.

Le coût moyen de cette lutte revient à environ 1 €/ml de cours d'eau traité que ce soit de façon manuelle ou mécanique. A ce coût, il convient d'ajouter éventuellement des frais de piquetage, d'installation de chantier (entre 250 € et 650 €) qui peuvent être importants lorsque les zones de chantier sont peu étendues. Dans ce cas, un travail en régie est sans doute plus adapté.

Concernant les investissements, ils restent très limités pour un travail manuel avec l'achat de bêches, de sécateurs ou de faux. 

 

Pour en savoir plus : télécharger la fiche PDF de présentation de la Berce du Caucase